Politique

L’AEI appelle au respect des libertés politiques des membres de la CGEM

via media24

L’Alliance des économistes istiqlaliens (AEI) appelle au respect des libertés politiques des membres des organisations et associations professionnelles, notamment celles représentées au Parlement, conformément aux dispositions de la Constitution du Royaume.

com_redaction-5

L’AEI est un think-tank à caractère économique relevant du parti de l’Istiqlal. Les membres de l’AEI sont en grande partie des dirigeants d’entreprises, également membres d’organisations patronales du Maroc. 

L’Alliances propose à ces organisations et associations professionnelles de continuer à œuvrer, concrètement, pour soutenir les entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, dans leurs efforts d’investissement, de création de valeur et de génération d’emplois. Et ce dans le cadre d’un environnement concurrentiel, sain et loyal, permettant d’accélérer la relance inclusive de l’économie.

Ainsi, l’AEI souligne, dans un communiqué, avoir réagi à l’appel de bon nombre de ses membres, qui militent parallèlement au sein de la CGEM. Elle est convaincue que « les instances de la CGEM doivent continuer à défendre, comme elles l’ont toujours fait, les intérêts économiques de notre pays et de nos entreprises, sans aucun parti pris pour, ou contre une formation politique déterminée. » 

L’alliance considère que le droit de s’engager au sein d’un parti politique fait partie des libertés individuelles et collectives garantis par la Constitution du Royaume. Elle note également que seules les instances régionales de la CGEM au sein des provinces du sud, où le parti de l’Istiqlal dispose d’une forte représentativité, sont appelées à se renouveler dans le cadre des textes ramendés par le dernier conseil d’administration. 

L’AIE est convaincue de la non applicabilité de ces dispositions, avec effet rétroactif, aux élections régionales en cours, qui sont lancées depuis plusieurs mois et estime que ces amendements sont de nature à exclure la candidature de ses membres en raison de leur engagement politique.

Par conséquent, l’AEI appelle la CGEM à surseoir à cette réforme pour en préparer les termes et conditions d’application, dans le respect des règles de droit, des libertés individuelles et collectives, de transparence et d’impartialité entre les candidats aspirant à une responsabilité au sein de la confédération patronale.

Le 23 février 2021 à
14:52

Modifié le 23 février 2021 à 14:52

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page