Économie

LafargeHolcim Maroc prévoit de mettre en service en juillet prochain sa cimenterie d’Agadir devant desservir Souss-Massa et les provinces Sud du Royaume.

via Bladi.net

D’une capacité annuelle de production de 1,6 million de tonne de ciment, la nouvelle usine qui aura coûté 3 milliards de Dirhams (MMDH) avec son concept «  Plant of Tomorrow  » (l’usine de demain), est dotée des technologies d’autonomisation, la robotique, l’intelligence artificielle et l’entretien prédictif pour améliorer son processus de production, fait remarquer le directeur industriel de LafargeHolcim Maroc, Brahim Ez-zerrouki.

Selon Brahim EZ-Zerrouki, ces solutions innovantes rendront la production du ciment plus sûre, plus efficace et plus durable. Il a également relevé que le groupe met un point d’honneur sur la santé et la sécurité du personnel, soulignant notamment que des standards sont observés pour lutter ou minimiser les sinistres sur le lieu de travail.

Première capitalisation boursière industrielle de la bourse de Casablanca, LafargeHolcim Maroc reconnaît à ses salariés, « le droit de retrait » en admettant à tout employé de refuser une tâche lorsqu’il estime qu’elle ne relève pas du domaine de sa compétence et qu’il ressent un danger ou un risque pour sa vie ou sa santé.

Depuis le démarrage du chantier en 2018, près de 1 400 personnes, dont un tiers de ressources humaines locales, travaillent chaque jour à la construction de la cimenterie, a révélé pour sa part, le directeur du projet «  Usine Agadir Souss  » Abderrazak Gharib, ajoutant qu’à l’instar des autres usines du groupe au Maroc, la cimenterie d’Agadir-Souss sera alimentée dès 2023 par l’électricité éolienne, utilisera des combustibles alternatifs et consacrera 15 % de l’investissement à la protection de l’environnement.

De la valeur partagée dans la région

Concernant la responsabilité sociale de la holding LafargeHolcim au Maroc, le directeur de la future usine d’Agadir-Souss dévoile le programme «  N’ Bniouw L’7ayat  » de la cimenterie. Ce programme, selon Mohamed Kharraki, vise à bâtir des liens durables avec les communautés riveraines, à promouvoir la culture du dialogue et à valoriser toutes les pratiques qui permettent de développer l’économie locale, dans l’objectif de créer de la valeur partagée.

Dans cette logique, se réjouit-il, LafargeHolcim Maroc a construit deux nouvelles routes, l’une de 8 km en chaussée neuve pour contourner la commune de Tidsi Nissendalene et une seconde de 3 km pour désenclaver le village.

En matière d’eau potable, un réseau d’eau potable a été mis en place en plus de la construction de deux châteaux d’eau et d’un système de pompage alimenté par des panneaux solaires, a souligné le directeur de la future usine.

Sur le front de l’éducation, le Groupe a réhabilité 4 écoles pour un total de 700 enfants riverains, qui reçoivent à chaque rentrée scolaire un cartable garni et un tablier pour reprendre l’école dans les meilleures conditions, note ce responsable de la holding au Maroc qui organise des caravanes médicales pour offrir des soins de santé aux populations riveraines et l’équipement du service de réanimation de l’hôpital de Taroudant pour augmenter sa capacité d’accueil des malades.

Présent dans le Royaume depuis 1928, LafargeHolcim Maroc est détenue majoritairement par une joint-venture entre le Groupe LafargeHolcim, leader mondial des matériaux de construction et Al Mada – Positive Impact – fonds d’investissement panafricain à capitaux privés, basé à Casablanca.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page