Économie

Les autorités de la République tchèque ont retiré du marché les poivrons marocains importés via l’Espagne en raison d’une présence excessive des pesticides chlophentézine et méthomyle.

via Bladi.net

La teneur élevée en résidus de pesticides dans les poivrons marocains dépasse de 5,5 fois le LMR et six fois le méthomyl. Le système d’alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (RASFF), qualifiant la situation de «  grave  », a saisi les autorités tchèques pour qu’elles retirent du marché ces poivrons blancs importés du Maroc via l’Espagne.

Selon l’organisation citée par Hortoinfo, la chlophentézine était présente dans les poivrons marocains à raison de 0,11 milligramme par kilo, alors que sa LMR est fixée à 0,02 milligramme / kilo, selon la base de données sur les pesticides de la Commission européenne (CE). Quant à la présence de méthomyle, elle était de 0,24 milligramme par kilo, dans les poivrons marocains, sa LMR étant fixée à 0,04 milligramme par kilo par la CE.

Le méthomyle est un pesticide qui peut provoquer des vertiges, une salivation excessive, des maux de tête, un essoufflement, des nausées, des vomissements, une faiblesse, des convulsions, des crampes musculaires et une perte de conscience. La chlophentézine, elle, est un acaricide qui agit sur les œufs et les larves néonatales. Il a une activité résiduelle qui dure de 10 à 12 semaines.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page