Économie

Pour mobiliser davantage de ressources financières et lutter également contre l’alcoolisme et le tabagisme, le gouvernement veut passer à la vitesse supérieure. Dans cette optique, il se prépare à augmenter la taxe intérieure de consommation (TIC) applicable aux boissons alcoolisées et à la bière et au tabac.

via Bladi.net

Les consommateurs d’alcool et de cigarettes devraient se préparer à payer plus cher le tabac et l’alcool en 2021. Et pour cause, le PLF prévoit une augmentation de 100 dirhams/hectolitre pour les vins, 200 dirhams/hl pour les bières, 50 dirhams/hl pour les bières sans alcool.

Quant aux alcools éthyliques destinés au contenu ou à la préparation des eaux-de-vie, liqueurs, apéritifs, vermouths, fruits conservés à l’alcool, vins de liqueur, mistelles, confiseries à l’alcool et autres spiritueux, leur taxe s’élève à 1 000 dirhams/hl.

Par ailleurs, l’entrée en vigueur d’un nouveau contrat de marquage fiscal avec le prestataire agréé par l’Administration a entraîné une chute considérable du coût des marques fiscales de 50% pour les tabacs manufacturés, de 35% pour les bières et de 20% pour les autres produits.

Le calcul de la TIC à partir de la pression fiscale s’effectue sur la base du prix de vente hors coût de marquage fiscal. Ce faisant, il réduit l’assiette taxable et occasionne un manque à gagner pour le budget de l’État. À ce titre l’Exécutif veut prendre en compte ce coût dans le calcul de la TIC sur les cigarettes afin de mobiliser beaucoup de recettes fiscales, précise-t-on.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page