Politique

Vidéo. Coronavirus. Reportage: 2e hôpital militaire de campagne au Maroc, ordre et efficacité

via Le360

Monté en une semaine top chrono, le 2e hôpital de campagne des Forces armées royales est un exemple non seulement d’engagement et de discipline, mais aussi d’efficience et de capacité à agir vite et bien. Reportage.

Nous sommes le vendredi 10h à Benslimane, entre Casablanca et Rabat, mais côté forêt. Lieu de villégiature, d’aventures et autres escapades entre les deux principales capitales du Royaume du Maroc, le lieu s’est transformé, crise oblige, en bunker. C’est là où, en l’occurrence, les Forces armées royales ont choisi de planter leur 2e hôpital de campagne, strictement dédié à porter main forte à l’effort national de lutte contre la propagation du Covid-19.

 

Le Maroc étant, comme le reste du monde d’ailleurs, exposé à ce fléau, c’est naturellement, et sur instruction du roi Mohammed VI, que les Forces armées se sont inscrites dans cet élan de solidarité nationale voulant circonscrire la pandémie et porter aide et secours à celles et ceux qui en souffrent.

 

A Benslimane, ce qui se déroule relève de la super-performance. Six jours ont suffi à monter tout un hôpital de campagne, loin des pressions, et surtout loin des caméras et du vedettariat. En six jours, tout était à l’ordre, parfaitement fonctionnel. Et immédiatement opérationnel.

 

Le colonel Hicham Qachani, médecin principal de cette unité hospitalière, n’est pas peu fier. «Nous sommes prêts», nous dit-il. Chiffres à l’appui. «Nous disposons d’ores et déjà de deux ailes: la première, sous tentes, est réservée à l’isolement, extensible le cas échéant à d’autres patients. Sur ce niveau, nous disposons de 160 lits. La deuxième, sur bâti, est répartie sur deux niveaux. L’un est consacré aux cas stables, avec une capacité de 140 lits. L’autre, pour les cas nécessitant des soins plus intensifs. Et là, notre capacité actuelle est de 140 lits» détaille l’officier.

 

Mais ce n’est pas tout: 20 lits de réanimation sont d’ores et déjà déployés.

 

En tout, cette véritable task force est constituée de 13 médecins. Comptez 3 réanimateurs, 2 urgentistes, 6 généralistes, un médecin pharmacien et un médecin biologiste. Ceci, en plus de 96 aides-soignants avec une unité de soutien constituée, et ce n’est pas des moindres, de 39 éléments… ainsi que des supports aériens.

 

Le tout, suivant une formule de business-units supposant une grande autonomie et des valeurs partagées par tous. En l’occurrence, et c’est le réanimateur Ayoub Maâroufi qui nous le rappelle: Dieu, la Patrie, le Roi.

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer